Choisir sa résidence secondaire : les critères à avoir

Ce serait bête de ne pas profiter du taux actuel pour investir dans l’immobilier. Et pour ceux qui ont dors et déjà acquis leur résidence principale, rien ne les empêche d’opter pour une autre secondaire. Dans un cas comme dans l’autre, la pierre est une valeur sûre, qui permet entre autres de mieux rentabiliser ses avoirs. Voici quelques critères à avoir pour ce qui est du choix de votre nouvelle acquisition.

Le cadre

Quid à acheter une résidence secondaire, autant que ce soit dans un cadre dépaysant, ou du moins différent de celui disponible en centre-ville. Après tout, l’essence même d’une résidence secondaire est de vous permettre de vous dépayser, au moins le temps d’un week-end.
Outre les biens en bord de mer, cependant, qui coute soi-dit en passant une sacrée bagatelle, vous avez les maisons de campagne ou encore en montagne. Ce n’est pas forcément des chalets isolés, détrompez-vous. Si pour le confort vous avez besoin d’un petit village avec ses commerçants et ses centres de soins et divers autres établissements, les agences immobilières peuvent tout à fait trouver un bien à votre goût.

Le style

Pour une résidence secondaire, certains particuliers optent pour un style architectural moderne. Mais c’est loin d’être la solution la plus prisée. En effet, comme les biens se trouvent généralement dans des quartiers bourgeois, une maison plutôt classique est de mise : avec un porche, une terrasse, un jardin avec des arbres à l’ancienne, et pourquoi pas un toit en triangle. Ce genre de maison reste indémodable et revient notamment beaucoup sur le devant de la scène. Leur élégance continue de séduire.
Mais encore une fois, tout est une affaire de goût. Les agents immobiliers peuvent parfaitement s’adapter à vos critères.

Le prix

Et bien évidemment, on ne peut oublier les questions de prix. Malgré la baisse des taux du crédit, on ne peut se permettre de trop s’endetter pour l’achat d’un bien immobilier. Il importe donc de choisir une région où la valeur du marché n’est pas encore entrai d’exploser à cause de la trop forte demande. On oublie donc Paris et ses alentours, mais aussi Bordeaux.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *